Verte… Herbe…

Mandat d’études parallèles “Les Buissons”

Maître d’ouvrage
Association des communes pour le Cycle d’orientation de la Glâne

Type de concours
Mandat d’études parallèles sur invitation

Calendrier
Décembre 2012 – Mai 2013

 

Thème d’actualité, la densification urbaine nous a amené à jeter un regard quelque peu différent sur le quartier des Buissons, par rapport au dossier illustratif.

Dans cet ordre d’idée, l’intervention proposée unifie la morphologie urbaine de la partie Nord du projet, longeant la rivière de la Trême. Traitée comme la véritable colonne vertébrale du projet, cette partie du programme est constituée de petits immeubles reliés entre eux par un système de balcons /vérandas. Les rez peuvent héberger toutes sortes d’activités : petits commerces, ateliers d’artisanat, locaux d’activités diverses, tea-room, etc. Ces espaces sont voulus comme très transparents, avec de grandes vitrines, au Nord comme au Sud. Ce dispositif permet de dégager la vision, tant sur l’espace central que sur le lit de la rivière.

La grande difficulté de l’implantation de ces constructions réside en coupe, avec des dénivelés importants du côté Sud. Cette topographie très marquée et le faible dégagement visuel qui en découle ont conduit à destiner ces immeubles à de la location. Au vu de la proximité immédiate d’importants talus, la topographie est modifiée ponctuellement, de sorte à assurer une transition la plus douce possible avec les fonds voisins. Du côté de l’espace central piétonnier, les rez-de-chaussée sont dévolus au logement, voire à des activités de type administratif : cabinet médicaux, bureaux ou à des équipements de quartier, etc. Ces rezdisposent de dégagements extérieurs de type privé, garantis par un dénivelé et des éléments de végétation basse.

Le projet organise cet espace piétonnier en deux niveaux différenciés, en coupe. Un premier niveau prolonge les locaux d’activités de la partie Nord, de plain-pied. Un décrochement d’environ 50 cm permet de surélever les rez-de-chaussée des immeubles de la partie Sud. De nature végétalisée, le deuxième niveau permet de privatiser les rez-de-chaussée de ces constructions. La limite entre ces deux niveaux est traitée avec des cassures, en plan, afin de dynamiser cet espace.